O comme… Ombre

A partir des 26 lettres de l’alphabet, à compter de février 2017, j’ai décidé de vous écrire mon Dictionnaire Amoureux afin de vous inviter à découvrir mon univers et mon identité d’auteure. J’évoquerai ma relation à l’écriture et à la lecture, partagerai mes doutes et mes joies, mes questions et mes convictions, vous informerai de mon actualité…

 

C’est un mot de la littérature que j’aime beaucoup. Sa sonorité est douce, son mystère entier. Les définitions des dictionnaires vous amènent sur des chemins étonnants. Pas moins de 9 dans le Larousse !

J’aime les ombres des arbres quand la méridienne suffocante plombe les corps. J’aime les ombres des gens qui s’allongent dans le jour déclinant. Je n’ai pas aimé les ombres de Platon. Je n’ai pas beaucoup de goût pour les ombres chinoises, ni pour les ombres à paupières.

Je n’ai pas peur de la mienne, et hors de question de suivre quelqu’un comme son ombre. S’il peut m’arriver parfois d’être l’ombre de moi-même, je ne lui cours pas après. J’essaie aussi de ne faire de l’ombre à personne.

J’ai beaucoup de tendresse pour l’ombre de la prison, bien sûr ! Ce qui m’amène à évoquer la part d’ombre de tout un chacun.

Celle de mes personnages que j’interroge sans relâche dans mes histoires. Cette part qui se dérobe à tout entendement, qui fuit la raison et s’enlise dans l’oubli. S’en approcher, c’est essayer de comprendre ce qui peut bien mouvoir quelqu’un vers la violence ou le crime.

Celle des détenus hier ou des personnels aujourd’hui que j’essaie de nommer pour lui donner des couleurs. Aider l’autre à l’apprivoiser, c’est lui permettre de s’en libérer et d’accéder à une plus douce respiration au-dessus des nuages.

La mienne enfin qui soutient mon désir d’écriture. L’explorer, c’est tenter de s’affranchir des esclavages inconscients, éclairer les mouvements intérieurs parfois inattendus, grandir jusqu’aux décisions singulières, puis mettre cette aventure au service de ma plume.

Soyez à la fois tendre et exigeant avec votre part d’ombre  !

René Char écrit : « Enfonce-toi dans l’inconnu qui creuse. Oblige-toi à tournoyer ».