J comme… Jalousie

A partir des 26 lettres de l’alphabet, à compter de février 2017, j’ai décidé de vous écrire mon Dictionnaire Amoureux afin de vous inviter à découvrir mon univers et mon identité d’auteure. J’évoquerai ma relation à l’écriture et à la lecture, partagerai mes doutes et mes joies, mes questions et mes convictions, vous informerai de mon actualité…

 

Le lendemain de la Saint-Valentin, je ne résiste pas à l’envie de vous ramener sur terre. Situation dramatique largement évoquée dans la littérature, la jalousie est un puissant ressort thématique pour qui aime l’écriture noire. « Ce monstre aux yeux verts » comme la nomme Shakespeare.

Le Larousse la définit comme « un sentiment d’inquiétude douloureuse chez quelqu’un qui éprouve un désir de possession exclusive envers la personne aimée et qui craint son éventuelle infidélité« .

Le mot jaloux apparaît au XIIè siècle, en ancien provençal, gelos ou gilos, qui vient du grec zêlos ou du latin zélosus, le zèle, fort attachement. Le sentiment douloureux qu’engendre la jalousie est attesté au tout début du XVIè siècle, alors associé à la personne aimée.

Gorge Sand écrivait : « Il n’y a pas d’amour sans jalousie« . Elle est un sentiment naturel. L’éprouver quand on est amoureux, c’est craindre perdre l’objet de son amour.

Le souci, c’est lorsqu’elle devient pathologique. Pour Montaigne, c’est « la plus vaine et tempétueuse maladie qui afflige les âmes humaines« . Pour Cervantès, « la jalousie est le tyran du royaume de l’amour » et pour André Comte-Sponville, « qu’on se le dise, la jalousie est un zèle égoïste et malheureux« .

Les media nous rappellent régulièrement que tous les deux jours et demi, le couple est le théâtre d’un meurtre. En 2017, en France, 157 personnes, (123 femmes et 34 hommes) sont mortes, victimes de leur conjoint, compagne, amant ou ex. (2016 : 144 soit 13 de plus).

La jalousie est l’un des trois principaux motifs d’homicides volontaires, avec l’emportement au cours d’une querelle et l’exécution d’un meurtre commandité.

Willy Pasini (psychiatre) distingue quatre stades. « Le premier est celui de la jalousie « normale », celle qui fait émerger le désir de garder pour soi celui qu’on aime.

Le deuxième stade, un peu plus grave, implique des contrôles continus de la vie de l’autre.

Le troisième est la jalousie obsessionnelle, provoquée par la projection sur l’autre de notre manque d’assurance ou de notre désir inconscient d’infidélité (voire de notre propre infidélité).

Enfin, au quatrième stade, il y a la jalousie délirante, née de l’imagination, où toute explication rationnelle est inutile, car le jaloux n’écoute que son délire ».

Othello ou Médée sont de belles figures tragiques de la jalousie.

Je rêve de créer, dans mes futures histoires, un personnage aussi puissant !