Premier Salon !

7h30. Mes copines auteurs Laurence Marino et Elisa Tixen passent me prendre. Je déteste me lever de bonne heure (désolée Marcel, même pour écrire) mais là, c’est pour franchir une nouvelle étape de mon parcours d’auteur… (oui Marcel, écrivain ce sera pour plus tard).

8h30. Arrivées tôt au Salon du Livre de Brignols, l’organisateur, un homme charmant, accueille ses premières invitées afin de leur indiquer leur table, « et vous êtes qui ? »

S’entendre répondre Agnès de Cize… Je réalise soudain que c’est la première fois que je me présente dans mon identité d’auteur. Eh bien, c’est très bizarre de s’entendre nommer ainsi à haute voix. De voir l’écriteau sur la table n’a pas du tout le même effet. Bon je suis sûre qu’on s’y habitue très bien ! Petite (grande honnêtement) émotion tout de même.

Décoration sur ma table. J’ai mes deux piles d’ouvrages. Mon guide touristique d’un côté sur un foulard rouge et mon recueil de nouvelles sur un set noir. Mes flyers sont prêts. Mon stylo aussi. Je suis en place.

9h. Les autres auteurs du Salon vont et viennent et s’installent aussi. J’ai deux messieurs comme voisin. Quelques mots échangés, « Vous faites beaucoup de salons ? Vous êtes déjà venu ici ? ». Nous sommes chaleureusement invités autour de quelques tasses de café ou thé accompagnées de viennoiseries par l’association « Lire ensemble », des bénévoles qui œuvrent inlassablement au bon déroulement de cette manifestation.

Premiers visiteurs qui passent, jettent un œil sur ma table. Et là soudain, grandes questions existentielles du positionnement d’auteur : je leur parle ? je les laisse feuilleter ? je les regarde ? je leur souris ? je m’éloigne aussi de ma table pour les laisser regarder tranquille ?

10h. Je vais glaner de-ci de-là quelques conseils auprès des habitués de salon. Mettre un exemplaire en consultation pour qu’il y en est un seul manipulé : aussitôt dit, aussitôt fait. Les laisser feuilleter en silence ledit exemplaire et au moment où le visiteur le repose, engager la conversation. Penser à amener des pastilles pour cacher le prix si l’achat est un cadeau.

Prévoir une petite pochette avec de la monnaie d’avance pour ranger les sous et les chèques. Acheter un chevalet de présentation pour chaque ouvrage. Proposer une grande affiche avec les couvertures des livres à suspendre au bord de la table… Pour le suivant, je serai au top de la préparation !

11h30. Le Maire et le Président de Lire Ensemble font chacun leur discours avant de nous inviter à passer à table. Déjeuner royal ! Soupe aux vermicelles, poule au pot, pâtisseries dont les nids d’amour, spécialités du coin. Les bénévoles font tout : monter les tables, dresser les couverts, servir, débarrasser… Un vrai engagement au service de la lecture, aux petits soins pour nous.

14h. Les cops sont de passage pour nous encourager. Nous en profitons pour leur demander quand est-ce qu’ils pensent nous rejoindre ? Alors les projets en cours, c’est pour bientôt ? J’en profite pour vous dire que le recueil de nouvelles de Fanny Brémond « Eros a perdu » vient d’arriver sur Amazon ! Courez l’acheter ! Jeune auteur à encourager !

15h. Moins d’affluence, petit coup de barre mais sieste impossible. Je déambule vers d’autres stands, rencontre des gens charmants, en profite pour m’inscrire au Salon du Livre de Bazas du 03 juin, fait la pub pour celui de Labastide Clairence du 12 juin où je vais aller aussi (qui sait ? on devient addict peut-être ?).

Et tout d’un coup, voilà 17h. La journée est passée à une vitesse folle. Tout le monde range, se salue, se dit au revoir. Nous remercions nos hôtes avec chaleur pour leur accueil merveilleux, et on se dit…

… à l’année prochaine !

D’un salon… l’autre…

Au Festival du Polar de Mauves-sur-Loire, j’ai été un auteur la demi-heure de remise des prix pour ma nouvelle sélectionnée « Cadavres exquis » pour leur recueil , « Un trou noir, c’est troublant ». J’étais surtout une lectrice déambulant entre les tables des écrivains, assistant aux tables rondes, achetant des livres, sollicitant des dédicaces. Une lectrice plutôt timide dans sa relation aux auteurs, j’ai mesuré à quel point aller à leur rencontre se prépare.

Dimanche prochain, je passe sur l’autre rive, c’est la grande traversée !

Au Salon du Livre de GRIGNOLS, en Gironde, je serai à mon tour derrière une table pour présenter mes deux ouvrages : mon premier recueil de nouvelles noires « Eclats de rage » et mon guide touristique sur Saint-Jean-Pied-de-Port.

C’est mon premier salon !

J’ai préparé un carton en me demandant combien de livres je dois emporter. J’envisage une petite déco pour accompagner mes ouvrages. J’ai rédigé une Déclaration des Droits du Lecteur et de l’Auteur, que je vais afficher, pour mettre un peu d’humour dans l’aventure. Me voilà fin prête et toute fébrile.

J’ai du mal à anticiper ce que peut être cette journée. Un aspect rassurant : j’y vais avec deux « cops » d’écriture, Elisa Tixen et Laurence Marino. N’oubliez pas de découvrir leur blog et leur univers d’auteur. C’est déjà une garantie de fous rires, d’échanges, de partage d’émotions. Je sais aussi que d’autres auteur(e)s ami(e)s viendront nous encourager. De bons moments en perspective.

Plus Dimanche approche, plus je me pose de questions : quels lecteurs seront présents ? S’arrêteront-ils à ma table ? Oseront-ils encourager un tout nouvel auteur ? Trouverai-je les mots pour faire aimer mes ados douloureux ? Les convaincrai-je de séjourner dans ma ville pour leurs vacances ?

Dernière question, non moins importante : comment je m’habille ?

La tête dans les nuages…

Une semaine est passée depuis ma première dédicace dans les librairies de Saint-Jean-Pied-de-Port ! Il me fallait bien ça pour m’en remettre et vous retrouver aujourd’hui.

J’ai été accueillie divinement. Quand j’ai vu la table installée, la chaise, mon guide sur le présentoir, j’ai cru rêver. C’est une drôle de sensation de passer de l’autre côté. J’y étais, après plusieurs mois d’écriture solitaire (et solidaire, à l’Académie d’Anaël Verdier). J’allais enfin rencontrer mes lecteurs, parler de mes écrits et partager d’heureux moments.

La première étape était bien de me reconnaître une légitimité d’auteur. Ce week-end me conforte dans mes désirs d’écriture. 18 personnes sont venues et ont acheté mon guide touristique. 18 ! Plusieurs ont aussi acheté mon recueil de nouvelles et vont découvrir mes ados douloureux.

Je n’en reviens toujours pas. Le plus drôle, c’est que j’avais anticipé la venue des touristes, préparé quelques dédicaces en avance et ce sont d’abord des Saint-Jeannais qui se sont présentés. Des camarades de collège, des mères de camarades de classe, des commerçants, des habitants de la ville mais aussi des alentours, informés par un superbe article dans le Sud-Ouest de la veille, et un… touriste breton !

Tous bienveillants, heureux de me revoir pour certains, de me rencontrer pour d’autres. Comme écouter est encore ce que je sais faire de mieux, j’étais ravie. Cette expérience m’a aussi permis de progresser dans la présentation de mes ouvrages.

Honnêtement, pour le guide, c’est facile ! Pour le recueil, je me sens plus maladroite, j’espère avoir su susciter le désir d’aimer mes personnages malgré leur passage à l’acte meurtrier. Cela dit, ayant travaillé en prison, j’ai des réflexes anciens.

Redescendue de mon petit nuage, je suis prête à y remonter. Le week-end prochain, je serai à Mauves-en-noir, le Festival du Polar (à côté de Nantes) où ma nouvelle « Cadavres exquis » est dans les six finalistes du Prix des Lycéens.

Le recueil est sorti, « Un trou noir, c’est troublant« , je vous invite à aller sur leur site. Vous pouvez le commander. Outre les six nouvelles retenues, ils ont demandé un texte à des auteurs de polar présents au Festival.

Je suis en excellente compagnie ! Je vais retrouver Daniele Thiery que j’ai rencontrée au Concours de Nouvelles de Bessancourt où le jury qu’elle présidait m’avait offert le 3ème Prix pour « E pericoloso sporgersi » et Elena Piacentini qui présidait celui d’Anzin-Saint-Aubin et avait retenu mon texte « Visée à haute tension » dans le recueil final. Mais aussi Sylvie Granotier, Jean-Bernard Pouy…

Je vous raconte au retour !

 

 

D’auteur à… vendeur !

Le principe de l’auto-édition est d’être tout à la fois auteur, correcteur, éditeur, co-imprimeur, publicitaire… et j’en passe ! Me voici désormais dans la peau nouvelle d’un VRP : Voyageur, Représentant, Placier.

Voyageur parce que je prends mon bâton de pèlerin pour rencontrer des libraires, leur proposer une séance de dédicace et un dépôt-vente avec intéressement aux bénéfices. Je commence par Saint-Jean-Pied-de-Port bien sûr le week-end prochain. En descendant, je m’arrêterai à Cambo-les-Bains pour leur proposer la même aventure car les curistes seront peut-être intéressés par mon guide touristique. Je vais réfléchir à d’autres villes et construire tout un parcours. Je dois aussi voir en Gironde qui je peux contacter.

Représentant parce que je commente mes écrits. Ce n’est pas donné d’emblée de savoir parler de son écriture, de son parcours d’auteur, d’aviver la curiosité sur les contenus de mon guide « Agnès de Cize présente Saint-Jean-Pied-de-Port » et de mon recueil de nouvelles noires  « Eclats de rage » . Il s’agit aussi d’éviter des automatismes de présentation qui nuiraient à la démarche. Mes premières fois ont été un peu timides. L’assurance viendra avec l’expérience.

Placier parce que la finalité est bien de me constituer un lectorat et vendre mes ouvrages. Pour l’instant, mon activité d’auteur me coûte plus que cela me rapporte. Mais je suppose que tout commercial m’expliquerait qu’il faut une mise de départ, un investissement pour cueillir des dividendes. Comme ce vocabulaire m’est étranger ! Je baigne dans le social toute la journée, me transformer en financier nécessite tout un apprentissage. J’essaie de me consoler en me disant que toute formation prolonge la jeunesse.

En attendant, je suis ravie de vous inviter à mes premières dédicaces. Je suis à la fois dans l’appréhension et l’enthousiasme. Serez-vous là ? Aimerez-vous mon guide ? Entrerez-vous avec émotion dans mon univers d’auteur de nouvelles noires ? Vais-je maîtriser l’art de la dédicace ?

Passer de l’ombre de son écriture à la lumière des rencontres est une étape nouvelle. J’ai l’habitude que mes textes soient lus et commentés par « mes cops » des deux cercles d’auteurs que je fréquente à Bordeaux. J’ai eu la chance de voir plusieurs de mes nouvelles primées dans des concours, ce qui m’a permis d’apprivoiser la rencontre de mes premiers lecteurs inconnus.

Mais là, c’est autre chose, une aventure inédite, une autre page à écrire…

Rendez-vous à Saint-Jean-Pied-de-Port !

Samedi 09 avril à la Maison de la Presse de 10h à 12h30, 23 place Charles de Gaulle.

Dimanche 10 avril à la librairie Kukuxka de 11h à 12h30 et de 14h30 à 17h, 3 rue de la Citadelle.

Pour ceux qui ne pourront pas venir ce week-end, je serai présente au Salon du Livre de Labastide-Clairence au Pays Basque, le dimanche 12 juin. Pour les girondins, je serai au Salon du Livre de Grignols le dimanche 08 mai 2016.

Que de choses à vous raconter au retour !