W et X comme… Whisky et Xérès

A partir des 26 lettres de l’alphabet, à compter de février 2017, j’ai décidé de vous écrire mon Dictionnaire Amoureux afin de vous inviter à découvrir mon univers et mon identité d’auteure. J’évoquerai ma relation à l’écriture et à la lecture, partagerai mes doutes et mes joies, mes questions et mes convictions, vous informerai de mon actualité…

 

L’alcool et la littérature : un vieux compagnonnage. Nombre de grands écrivains étaient de grands buveurs. Alphonse Allais, Fernando Pessoa, Joseph Roth, Francis Carco étaient membres des Hydropathes, club hostile à l’eau. Marguerite Duras devint alcoolique à 43 ans

L’alcool désinhibe mais stimule-t-il la création ? Un essai d’Alexandre Lacroix éclaire le sujet.

Beaucoup d’écrivains ne se posent plus la question tant l’alcool fait partie de leur panoplie. D’ailleurs, il arrive que cesser de boire ou de fumer conduise à ne plus écrire, Cioran après sa dernière cigarette, Blondin après son dernier verre.

C’est à La Havane, dans le bar où a été inventé le célèbre cocktail qu’Ernest Hemingway avait l’habitude de boire ses mojitos. Il a également donné son nom à une variante du mojito : le Hemingway Daïquiri.

J’adore le mojito, principalement en été !

Robert Louis Stevenson, grand écrivain écossais et francophile, se baladait dans les Cévennes avec une bouteille de Brandy. Mais ce qu’il aimait, c’est le whisky tourbé, très tourbé, celui qui a le goût des océans sur lesquels naviguaient ses pirates. Autre amateur de whisky, Dylan Thomas.

Le whisky tourbé est mon apéritif préféré, essentiellement en hiver !

Baudelaire ne cesse de vanter les mérites du vin dans ses poèmes. « Le vin rend l’œil plus clair et l’oreille plus fine ! ». Verlaine et Rimbaud délaissaient volontiers l’absinthe pour le Riesling.

James Joyce détestait le vin rouge, qu’il appelait « la viande ». Il écrivait « à l’électricité », c’est-à-dire au blanc. Son préféré : le fendant, un vin blanc genevois, qu’il prenait après deux ou trois Pernod.

Rouge et blanc sec en priorité pour moi !

Jim Harrison préfère le Bourbon, et le Pouilly-fumé. J’ai eu une période Bourbon, il y a bien longtemps !

En ces temps de fêtes… et toute l’année… champagne bien sûr !

Avec modération !

 

 

Sources : Babelio et le Nouvel Observateur

U et V comme… Urgence Vaine ?

A partir des 26 lettres de l’alphabet, à compter de février 2017, j’ai décidé de vous écrire mon Dictionnaire Amoureux afin de vous inviter à découvrir mon univers et mon identité d’auteure. J’évoquerai ma relation à l’écriture et à la lecture, partagerai mes doutes et mes joies, mes questions et mes convictions, vous informerai de mon actualité…

 

Dans ma profession d’assistante sociale, nous ne cessons de réfléchir à cette notion d’urgence. Parfois, pour reconnaître qu’il n’y en a pas. Souvent nous nous mettons des pressions pour des réponses qui peuvent s’inscrire dans la durée. Cependant, certaines situations nécessitent une réactivité exigeante !

Les évènements du mois le prouvent. Il y a urgence à répondre à la détresse sociale à la hauteur des désespoirs et des situations. J’espère que nous saurons nous mettre autour d’une table pour co-construire l’avenir.

Dans mon activité d’auteure, je ressens une urgence à écrire mais le contexte professionnel (et mes douleurs aux mains) ne me sont pas favorables actuellement. Alors je me raisonne, tant pis si je n’ai pas tenu mes délais. Principe de réalité ! Vivement janvier, j’espère que ce sera mieux !

Je me trouve des arguments : que vous me lisiez aujourd’hui ou demain, quelle importance ? Mes futures histoires et les personnages de demain tournent dans ma tête, je les retrouverai sans souci quand je voudrai.

Sachez que je vous prépare plusieurs surprises. Puisque j’ai changé tous mes délais !

Mon recueil de haïkus noirs « Eclats de crimes sous la lune » est prêt. Il me reste la couverture à créer. Pour l’instant, ma lune est au point, ma rivière aussi, mais ma branche de cerisier, une fois sur deux seulement, et je rate mes dessins de nénuphars (si j’avais le talent de ma mère, cela se saurait ! au secours maman ! tu me la dessines à Noël ?).

Mon recueil de haïkus blancs « Eclats de haïkus en toute saison » (titre provisoire, il ne me convient pas vraiment) a trois saisons mises en forme, il me reste l’hiver. Et la couverture !

Avec un peu de chance, mon idée est de vous les présenter en Mars, avec l’arrivée du Printemps. J’étudie actuellement les sites d’auto-édition en ligne pour les réfractaires d’Amazon qui pourront ainsi acheter mes ouvrages ailleurs.

Mon recueil de nouvelles noires « Vertiges sur les voies » est en lecture et correction. Plutôt pour Juin prochain. Tutto va bene. J’ai des débuts de commentaires très sympas, des propositions d’amélioration intéressantes. J’attends encore des retours pour améliorer mon ouvrage.

L’écriture de mon premier roman connaît un arrêt momentané. J’en ai écrit la moitié et je crois que j’écrirai la deuxième partie aux beaux jours, ou carrément cet été sur mes vacances !

En attendant, je disparaitrai une semaine, début janvier, au fin fond de la Charente-Maritime, pour retrouver une heureuse solitude, du temps précieux, et ma plume pour de nouvelles surprises !

Invitation

J’ai le plaisir de vous inviter à venir nous voir au Salon du Livre de SAINT-ESTEPHE « Lire dans le vignoble » 2016. Dimanche 09 octobre de 9h à 18h, entrée gratuite. Nous serons 110 auteurs de bonne compagnie !

Programme

9h : ouverture au public

Invités d’honneur et marraine Mireille CALMEL, autres invités d’honneur, Claire HUYNEN et Charles DA COSTA.

11h : inauguration en présence des personnalités

12h : cocktail-dégustation des grands vins de Saint-Estèphe

12h30 : déjeuner (réservation avant le 06 octobre au 05 56 59 35 93)

Toute la journée : atelier création petites souris en pâte fimo

14h30 à 17h : atelier d’initiation à l’écriture de textes à haute voix

16h : démonstration culinaire

17h15 : remise du Prix Saint-Estèphe des Arts Plastiques

17h30 : remise du Prix Saint-Estèphe, dessins des enfants sur le thème de l’Estuaire

18h : clôture du Salon

Ce sera ma dernière séance de dédicaces lors des salons pour cette année. Rendez-vous en 2017 ! En attendant, vous me croiserez peut-être cet automne et hiver dans des librairies.

Venez nombreux !!

Pub !

Vous avez envie de retrouver le style feuilleton de votre enfance et adolescence ? Précipitez-vous sur le site book’n series d’une cop d’écriture Laure Lapègue.

Elle met en ligne chaque semaine gratuitement un polar découpé en morceaux !

 

Ce soir, elle invitait les fans à La Causerie des Chartrons, un lieu sympathique qui sert de bons vins et de la bonne cuisine. Deux auteurs présentaient leur ouvrage.

Guy Rechnmann dont le dernier opus est dans la sélection du Prix du Polar de Cognac « A la place de l’autre » et Edmondo Pires qui a reçu le Prix 2016 du Polar auto-édité pour « Ce sera notre petit secret ».

 

Je suis admirative de leur aisance à parler de leurs personnages, de leur univers, de leur activité d’auteur… Laure a invité les auteurs présents dans la salle à pitcher leur propre livre. Exercice ô combien difficile.

Deux cops de l’Académie ont tenté l’aventure, Déborah Valrey pour son recueil de nouvelles coquines « Lisa reçoit » et Martine Saint-Clair pour son recueil de nouvelles « Vampires « .

 

Prise de court, j’ai décliné sa proposition Dans mes premiers salons et dédicaces de cette année, je ne suis pas sûre d’être à la hauteur du challenge, alors devant tout un aéropage de lecteurs fans de polars…

 

Mais promis, je me lancerai une prochaine fois !

Citations de Septembre 2016

« Prenons nos livres et nos stylos. Ce sont nos armes les plus puissantes. Un enfant, un enseignant, un stylo et un livre peuvent changer le monde. L’éducation est la seule solution ».

Malala (Prix Nobel de la Paix)

« La véritable Université de nos jours, est une collection de livres ».

Thomas Carlyle

« Il y a deux éducations : la première que l’on reçoit au lycée, la seconde que l’on se donne à soi-même ; la première est indispensable, mais il n’y a que la seconde qui vaille ».

Emile Faguet

« J’ouvrirai une école de vie intérieure, et j’écrirai sur la porte : école d’art ».

Max Jacob

Rentrée !

J’adore septembre et ses promesses, c’est le mois de tous les possibles. Plus que janvier que je déteste. L’année nouvelle commence en automne.

J’adore les rayonnages scolaires, je m’engouffre avec joie dans les achats de fournitures ! De nouveaux carnets pour jeter des idées, des chemises toutes neuves pour ranger mes ébauches d’histoire, (ah là là c’est le temps qui me manque), des transparents pour les travaux de mes étudiants… Pour être honnête, ce rayon j’y suis toute l’année.

J’adore le retour de l’aquagym, le délassement des neurones, la bonne fatigue physique qui noie les agacements professionnels et prépare à une douce nuit. De belles bulles pour oublier un temps ce qui se passe dehors !

J’adore ressortir de l’été (indispensable solitude, à ne manquer sous aucun prétexte !), retrouver les cops d’écriture, demander où chacun en est de ses projets, réagir à de nouveaux textes.

J’adore retrouver de nouveaux groupes d’étudiants, pour leur mémoire et leur dossier de pratiques professionnelles, préparer mon bureau à l’accueil d’une nouvelle stagiaire assistante sociale.

Et la rentrée cette année, c’est préparer… la sortie de mon nouveau recueil « Ta mort viendra… et elle aura mes yeux »! J’ai finalisé la couverture. Du rouge et du noir, couleur polar. J’espère qu’elle vous plaira.

Maintenant, je vais rédiger la quatrième de couverture et m’occuper du dépôt légal. J’ai déjà le numéro ISBN. Il me tarde de le voir finalisé. Tous ces derniers préparatifs…

… j’adore.

Citation d’Août 2016

« Chacun sait que le romancier construit ses personnages, qu’il le veuille ou non, le sache ou non, à partir des éléments de sa propre vie, que ses héros sont des masques par lesquels il se raconte et se rêve, que le lecteur n’est point pure passivité, mais qu’il reconstitue, à partir des signes rassemblés sur la page, une vision ou une aventure, en se servant lui aussi du matériel qui est à sa disposition, c’est-à-dire de sa propre mémoire, et que le rêve, auquel il parvient de la sorte, illumine ce qui lui manque.
Dans le roman, ce que l’on nous raconte, c’est donc toujours aussi quelqu’un qui se raconte et nous raconte. »

Michel Butor (Essais sur le Roman)

 « Le narrateur, dans le roman, n’est pas une première personne pure. Ce n’est jamais l’auteur lui-même littéralement. Il ne faut pas confondre Robinson et Defoe, Marcel et Proust. Il est lui-même une fiction, mais parmi ce peuple de personnages fictifs, tous naturellement à la troisième personne, il est le représentant de l’auteur, sa persona. N’oublions pas qu’il est également le représentant du lecteur, très exactement le point de vue auquel l’auteur l’invite à se placer pour apprécier, pour goûter telle suite d’événements, en profiter. »

Michel Butor (Essais sur le Roman)

 

Séance de dédicace et autres nouvelles…

Alors… comme annoncé dans mon dernier billet, voici ma rentrée littéraire.
Après des vacances de rêve en Italie, je reprends mon bâton de pèlerin. Un vrai chemin que celui de l’auto-édition…

J’ai le plaisir de vous informer que je serai à Saint-Jean-Pied-de-Port à la Librairie Kukuxka qui me fait l’honneur de m’inviter à une nouvelle séance de dédicace.

Samedi 20 août de 11h à 12h30 puis de 16h à 19h ET dimanche 21 août de 11h à 13h, au 3 rue de la Citadelle.

Je présenterai mes deux ouvrages : mon guide touristique « Agnès de Cize présente Saint-Jean-Pied-de-Port » et mon recueil de nouvelles noires « Eclats de rage ».

Actuellement, je réfléchis à la couverture de mon recueil suivant. J’ai prévu de le sortir fin novembre ou début décembre, après la vague des écrivains et des prix littéraires.

Exercice difficile. Cette une doit illustrer ma thématique et susciter le désir de le lire. Son titre : « Ta mort viendra… et elle aura mes yeux ». Pour Eclats de rage, j’avais trouvé de suite la photo adequate, là c’est plus compliqué.

Je travaille aussi à la quatrième de couverture. Sur le premier recueil, je n’avais indiqué que quelques mots sur mes ados. Cette fois, je vais rajouter quelques éléments de biographie : ainsi les lecteurs qui découvriront mon écrit sauront à qui ils ont affaire.

Je pense également mettre une ligne sur les prix que j’ai reçus lors des concours, cela pourrait donner de la confiance et chasser l’hésitation à lire une inconnue. Qui sait ?

En attendant, je vous donne rendez-vous le week end prochain à Saint-Jean !

Dédicace !

J’ai le plaisir de vous informer que je serai présente à la 10ième Fête du Livre à Labastide-Clairence (Pays Basque) dimanche prochain, 12 juin.

Cette manifestation se déroulera sous les arceaux (s’il fait beau) ou dans la Salle Inessa de Gaxen (s’il pleut) de 10h à 18h.

J’invite mon fan club local et mes futurs lecteurs à venir nous voir !

L’été se profile !

Une fois n’est pas coutume, un article sur mon blog, saintjeanpieddeport.wordpress.com. Parce qu’il est uniquement constitué de photos, on m’a déjà dit d’aller plutôt sur Instagram. Les pros des réseaux, vous en pensez quoi ?

Sur mon site, je vous invite à découvrir ma ville en espérant que vous la choisirez comme lieu de vos futures vacances !

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous annoncer mon 400ième visiteur de l’année 2016 et j’enregistre 1069 visites, sur cinq mois. Pour l’année entière de 2015, je suis arrivée à 908 visiteurs pour 2566 visites. Passerai-je les 1000 en décembre prochain ? Faites la pub s’il-vous-plait.

Le nombre de promeneurs sur mon site est en augmentation, je m’en réjouis. Si mes photos emportent votre décision sur votre prochaine destination, hourra !

Les pays représentés qui viennent se balader sur mon site :

  1. France (913)
  2. Etats-Unis (36)
  3. Russie (18)
  4. Espagne et Royaume-Uni, ex aequo (11)
  5. Canada (10)
  6. Australie (9)
  7. Allemagne, Belgique, Suisse (8)
  8. Brésil (7)
  9. Italie (6)
  10. Pologne et République Tchèque (5)
  11. Tunisie et Algérie (4)
  12. Irlande, Liban, Côte d’Ivoire, Bénin, Grenade, Union européenne (1)

Honnêtement, quand j’ai ouvert mon blog, je n’aurai jamais imaginé avoir des visiteurs de tous les continents (ah rectificatif, 4 sur 5, sauf l’Asie pour le moment). C’est surtout que je n’avais aucune compétence en matière d’anticipation. Ouvrir un blog était atteindre l’Anapurna !

Ma grande question : comment débarquent-ils ? C’est une véritable énigme. Taper Saint-Jean-Pied-de-Port dans Google ne vous amène pas sur ma page. Vu le nombre faible d’acheteurs de mon guide touristique (sur amazon), ils n’arrivent pas non plus par mon support papier. Surtout qu’il est en français. D’ailleurs, aimerai traducteurs pas chers en anglais, en espagnol et en basque. Oui je sais, « le pas cher, c’est pas top », mais mes finances…

Je ne me lasse pas de lire mes statistiques. Découvrir un nouveau pays dans ma liste est un enchantement. Saint-Jean est repéré à des milliers de km à la ronde, c’est le cas de le dire. La planète devient toute petite. C’est vertigineux.

Parmi ces visiteurs, je suppose que quelques uns cherchent des infos sur le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle ? ou sur la restauration et l’hôtellerie ? ou … ? En fait, je n’en sais rien. Prochain visiteur, vous ne voudriez pas m’envoyer un courriel ou écrire un commentaire pour m’éclairer ?

Tandis que vous commencez à penser à vos prochaines vacances, moi c’est fait, je file en Italie dès le 1er juillet, avec mon projet en cours, le troisième recueil de nouvelles « La mort est au bout du tunnel ».

Parce que c’est heureux de parcourir les salons et les dédicaces, c’est une expérience fabuleuse…

… mais il faut aussi le temps d’écrire !!!