H comme…Histoire

A partir des 26 lettres de l’alphabet, à compter de février 2017, j’ai décidé de vous écrire mon Dictionnaire Amoureux afin de vous inviter à découvrir mon univers et mon identité d’auteure. J’évoquerai ma relation à l’écriture et à la lecture, partagerai mes doutes et mes joies, mes questions et mes convictions, vous informerai de mon actualité…

Yves Lavandier dans son ouvrage “La dramaturgie” relate le fait suivant. Dans un camp de concentration, une détenue gardait précieusement un peu de pain et confectionnait des figurines. Puis les animant, elle racontait des histoires tous les soirs.
Le besoin d’histoires est universel. Même dans la pire des situations, elles sont convoquées pour se protéger de l’horreur.

Quand nous lisons ou entendons “ il était une fois…”, les émotions de nos lectures de contes d’enfant reviennent immédiatement à la conscience. Ces récits ont été essentiels, perdurent dans la mémoire, nous ont construits et aidés à grandir.

Dans mon écriture, je suis plus attachée dans un premier mouvement aux personnages. Qui sont-ils ? Quelles épreuves ont-ils traversé pour être ce qu’ils sont, pour expliquer ce qu’ils font ?
Je me place spontanément dans leur tête, essaie de penser et ressentir ce qui les anime. L’émotion est mon moteur.

À partir de là, je construis mes histoires. Des histoires noires pour explorer l’énigme du meurtre.

Mais qu’est qu’une bonne histoire ?
Déjà relativiser, elle ne sera bonne que pour certains lecteurs et pas pour d’autres. Écrire c’est aller à la rencontre de son lectorat propre à son univers.

Une parenthèse : aujourd’hui 30 septembre et demain, je suis au Salon du Livre de Lempzours en Dordogne !

Comme le répète souvent Anaël Verdier, “tout a déjà été écrit mais pas par vous”. Il s’agit de choisir son angle d’attaque, découvrir son originalité, trouver son style, décider de son message… De glisser son écriture personnelle parmi d’autres récits.

Pour moi, une bonne histoire est celle qui suscite des émotions, soulève des interrogations, aide à comprendre le monde. C’est, la dernière page tournée, des images qui persistent, des larmes ou des rires qui s’attardent.

Un des secrets d’une bonne histoire, c’est d’utiliser les cinq sens, écrire ce que mes personnages voient, entendent, touchent, sentent et goûtent . C’est emporter mes lecteurs dans la valse des ressentis. C’est leur permettre de vibrer à leur tour, en miroir.

C’est montrer et ne pas dire. Par exemple, ne pas écrire : “le printemps est arrivé”, mais préférer : “ »ce matin-là, la brume se dissipa découvrant les primevères fripées de froid. Le soleil étirait ses rayons d’or sur mon visage et sur la terre mouillée qui chatouillait mes narines. Mes mains autour de la tasse de café se réchauffaient lentement tandis que bruissaient les étourneaux dans le jeune tilleul”.

Une bonne histoire vous enlève, elle vous malmène dans la tourmente des personnages, vous emporte dans la spirale de leur défaite comme de leur espérance. C’est aimer et haïr avec eux, souffrir et se réconforter, rire et pleurer au gré de leurs aventures.

Et pour vous, qu’est-ce qu’une bonne histoire ?

Publicités

G comme… Gratitude

A partir des 26 lettres de l’alphabet, à compter de février 2017, j’ai décidé de vous écrire mon Dictionnaire Amoureux afin de vous inviter à découvrir mon univers et mon identité d’auteure. J’évoquerai ma relation à l’écriture et à la lecture, partagerai mes doutes et mes joies, mes questions et mes convictions, vous informerai de mon actualité…

 

Mon premier mouvement de gratitude va à mon petit cercle de proches qui lisent mes textes, corrigent, réagissent, s’étonnent, suggèrent… bref commentent, sans complaisance et avec bienveillance à la fois. Mention spéciale pour Elisa Tixen (découvrez son site d’auteure : elisatixen.wordpress.com) et ma mère qui sont des liseuses précises, engagées et justes !

Mon deuxième mouvement de gratitude va aux bloggeuses lectrices qui prennent le risque de lire des inconnus et partagent leurs coups de cœur comme leurs coups de blues, leurs étonnements et leurs déceptions. Je vous invite à découvrir le site de l’une d’entre elles : leslecturesdemaryline.eklablog.com

Elle m’avait offert une belle critique pour mon premier recueil de nouvelles : « Eclats de rage »

« Waouh ! Dès la première nouvelle, on se prend une belle claque ! Je suis restée sans voix… Je n’ai même pas pu continuer de suite sur la deuxième nouvelle, il m’a fallu du temps pour m’en remettre. C’est court mais intense, la fin arrive brutalement et on se la prend en plein visage.

Et la suite est encore meilleure ! Ces adolescents sont perturbés, ils vivent normalement mais une rage au fond d’eux fait que le moment venu, ils craquent, sans se poser de questions. Malheureusement, ça arrive trop souvent, les accès de colère sont humains et personne n’est à l’abri.

Le style d’écriture de l’auteur est très agréable, très aéré, facile. J’ai vraiment passé un super moment en compagnie de ces adolescents torturés. Les mots sont toujours bien choisis et ils nous permettent de voir que tous les humains sont égaux, quel que soit le niveau social, la hiérarchie, l’âge et le rang…

Merci beaucoup à l’auteur pour sa confiance, je vais parler de ce livre partout autour de moi pour qu’elle se fasse connaître du plus grand nombre de lecteurs car elle le mérite ».

 

Je vous donne sa critique sur mon deuxième recueil « Ta mort viendra… et elle aura mes yeux », paru début septembre, sur son blog :

« Son premier recueil « Éclats de rage » avait été un vrai coup de cœur pour moi! J’ai ensuite souhaité lire sa nouvelle présente dans un recueil collectif « Un trou noir c’est troublant« . Aujourd’hui, c’est un autre recueil de nouvelles, entièrement écrit par Agnès de Cize. Et là, je suis partagée…

En effet, j’ai adoré certaines qui ont été un vrai coup de cœur :

– la 4 est très noire, le suspense va crescendo et le final est au top !

– la 5 est parfaite, avoir les deux versions, le coupable et les enquêteurs, c’est fascinant !

– la 7 est machiavélique, j’adooore !

– la 11 est étouffante, angoissante, vraiment super.

– j’ai adoré la 12 qui est la meilleure avec une fin surprenante et ouverte… un vrai thriller.

– une mort et une enquête rapide font de la 13 un bon polar super rapide, j’adore !

– et la 14 a une fin… surprenante !

D’autres sont très intéressantes mais avec quelques petits défauts :

– la 6 aurait pu être vraiment sympa mais elle est vraiment trop courte et on n’a pas le temps de comprendre qui, quand, où ?

– la fin de la 10 est un peu trop brutale à mon goût, je n’ai rien vu venir…

– la 15 est vraiment très angoissante mais il manque un peu de suspense.

– et la 16 est saisissante et triste, mais finalement très belle.

Et pour finir, je vais parler de celles qui n’ont pas réussi à me transporter :

– dans la 1, je n’ai pas compris qui était qui, il y a une confusion dans les personnages.

– la 2 est bien trop vague, trop rapide, on ne sait rien…

– la 3 est inutile pour moi.

– la 8 n’est pas très crédible.

– je n’ai pas compris la 9 qui est trop irréelle.

En conclusion, je trouve que c’est plutôt un bon recueil qui regroupe de très bonnes nouvelles comme de moins bonnes. L’auteur a une écriture agréable que j’apprécie vraiment. Les mots sont simples, le film est fluide, on se prend au jeu facilement. La vengeance et la mort sont le fil conducteur de toutes les histoires comme le prouve très bien le titre qui est vraiment bien trouvé et qui colle parfaitement au recueil complet. Tout se passe vers la Garonne ».

 

Vous l’aurez deviné, la première critique est plus agréable à lire que la seconde. Elle m’a galvanisée et encouragée à poursuivre mon activité d’écriture.

Mais c’est la seconde qui permet de progresser. En amont, re-la-ti-vi-ser : elle juge un texte pas une personne. Le ciel ne s’écroule pas sur ma tête. Aucune raison de se dénigrer ou de fragiliser son estime de soi. Pas de mea culpa à n’en plus finir non plus.

Par réflexe, le « négatif » s’attarde d’abord dans la tête alors que certains textes, la bloggeuse les a adorés (7) ou trouvé intéressants, (4). Dans un premier temps, il s’agit de retenir ce qui a « marché », analyser ce qui a plu, ému, s’assurer comme en cordée avec les textes qui « fonctionnent ».

Ensuite, revenir sur les nouvelles qui ont moins de grâce à ses yeux (5), pour comprendre, envisager ce qui aurait pu être retravaillé (ou pas, car l’auteur a toujours le dernier mot).

Donner à lire ces textes est un pas important dans sa construction d’auteur. Accepter les remarques, c’est prendre de la distance avec son écriture, analyser les effets de ses textes sur autrui. Entre l’intention et la réception, un écart persiste. Il s’agit de décoder ce qui se passe entre écriture et lecture. L’essentiel est de pouvoir progresser dans la construction de ses histoires, la caractérisation de ses personnages, l’aisance de son style…

J’admire beaucoup les lecteurs qui savent parler de leur rapport aux livres. Je n’aime pas du tout cet exercice pour ma part. Je remercie chaleureusement celles et ceux qui acceptent de me proposer leurs réflexions sur mes textes.

Alors n’hésitez pas ! Sur mon blog, sur Amazon, par courriel, en direct, en différé… J’ai besoin de vous !

Car ma dernière et troisième gratitude est pour vous, mes lecteurs de toujours et mes futurs lecteurs !

 

PS Je serai à la Foire aux Livres de Saint-Jean-Pied-de-Port (64) le dimanche 17 septembre, au Salon du Livre de Lempzours (24) le samedi 30 septembre et dimanche 01 octobre et au Salon du Livre de Sainte-Hélène (33), le dimanche 22 octobre. Venez nombreux !

 

Séance de dédicace et autres nouvelles…

Alors… comme annoncé dans mon dernier billet, voici ma rentrée littéraire.
Après des vacances de rêve en Italie, je reprends mon bâton de pèlerin. Un vrai chemin que celui de l’auto-édition…

J’ai le plaisir de vous informer que je serai à Saint-Jean-Pied-de-Port à la Librairie Kukuxka qui me fait l’honneur de m’inviter à une nouvelle séance de dédicace.

Samedi 20 août de 11h à 12h30 puis de 16h à 19h ET dimanche 21 août de 11h à 13h, au 3 rue de la Citadelle.

Je présenterai mes deux ouvrages : mon guide touristique « Agnès de Cize présente Saint-Jean-Pied-de-Port » et mon recueil de nouvelles noires « Eclats de rage ».

Actuellement, je réfléchis à la couverture de mon recueil suivant. J’ai prévu de le sortir fin novembre ou début décembre, après la vague des écrivains et des prix littéraires.

Exercice difficile. Cette une doit illustrer ma thématique et susciter le désir de le lire. Son titre : « Ta mort viendra… et elle aura mes yeux ». Pour Eclats de rage, j’avais trouvé de suite la photo adequate, là c’est plus compliqué.

Je travaille aussi à la quatrième de couverture. Sur le premier recueil, je n’avais indiqué que quelques mots sur mes ados. Cette fois, je vais rajouter quelques éléments de biographie : ainsi les lecteurs qui découvriront mon écrit sauront à qui ils ont affaire.

Je pense également mettre une ligne sur les prix que j’ai reçus lors des concours, cela pourrait donner de la confiance et chasser l’hésitation à lire une inconnue. Qui sait ?

En attendant, je vous donne rendez-vous le week end prochain à Saint-Jean !

Dédicace !

J’ai le plaisir de vous informer que je serai présente à la 10ième Fête du Livre à Labastide-Clairence (Pays Basque) dimanche prochain, 12 juin.

Cette manifestation se déroulera sous les arceaux (s’il fait beau) ou dans la Salle Inessa de Gaxen (s’il pleut) de 10h à 18h.

J’invite mon fan club local et mes futurs lecteurs à venir nous voir !

D’un salon… l’autre…

Au Festival du Polar de Mauves-sur-Loire, j’ai été un auteur la demi-heure de remise des prix pour ma nouvelle sélectionnée « Cadavres exquis » pour leur recueil , « Un trou noir, c’est troublant ». J’étais surtout une lectrice déambulant entre les tables des écrivains, assistant aux tables rondes, achetant des livres, sollicitant des dédicaces. Une lectrice plutôt timide dans sa relation aux auteurs, j’ai mesuré à quel point aller à leur rencontre se prépare.

Dimanche prochain, je passe sur l’autre rive, c’est la grande traversée !

Au Salon du Livre de GRIGNOLS, en Gironde, je serai à mon tour derrière une table pour présenter mes deux ouvrages : mon premier recueil de nouvelles noires « Eclats de rage » et mon guide touristique sur Saint-Jean-Pied-de-Port.

C’est mon premier salon !

J’ai préparé un carton en me demandant combien de livres je dois emporter. J’envisage une petite déco pour accompagner mes ouvrages. J’ai rédigé une Déclaration des Droits du Lecteur et de l’Auteur, que je vais afficher, pour mettre un peu d’humour dans l’aventure. Me voilà fin prête et toute fébrile.

J’ai du mal à anticiper ce que peut être cette journée. Un aspect rassurant : j’y vais avec deux « cops » d’écriture, Elisa Tixen et Laurence Marino. N’oubliez pas de découvrir leur blog et leur univers d’auteur. C’est déjà une garantie de fous rires, d’échanges, de partage d’émotions. Je sais aussi que d’autres auteur(e)s ami(e)s viendront nous encourager. De bons moments en perspective.

Plus Dimanche approche, plus je me pose de questions : quels lecteurs seront présents ? S’arrêteront-ils à ma table ? Oseront-ils encourager un tout nouvel auteur ? Trouverai-je les mots pour faire aimer mes ados douloureux ? Les convaincrai-je de séjourner dans ma ville pour leurs vacances ?

Dernière question, non moins importante : comment je m’habille ?

La tête dans les nuages…

Une semaine est passée depuis ma première dédicace dans les librairies de Saint-Jean-Pied-de-Port ! Il me fallait bien ça pour m’en remettre et vous retrouver aujourd’hui.

J’ai été accueillie divinement. Quand j’ai vu la table installée, la chaise, mon guide sur le présentoir, j’ai cru rêver. C’est une drôle de sensation de passer de l’autre côté. J’y étais, après plusieurs mois d’écriture solitaire (et solidaire, à l’Académie d’Anaël Verdier). J’allais enfin rencontrer mes lecteurs, parler de mes écrits et partager d’heureux moments.

La première étape était bien de me reconnaître une légitimité d’auteur. Ce week-end me conforte dans mes désirs d’écriture. 18 personnes sont venues et ont acheté mon guide touristique. 18 ! Plusieurs ont aussi acheté mon recueil de nouvelles et vont découvrir mes ados douloureux.

Je n’en reviens toujours pas. Le plus drôle, c’est que j’avais anticipé la venue des touristes, préparé quelques dédicaces en avance et ce sont d’abord des Saint-Jeannais qui se sont présentés. Des camarades de collège, des mères de camarades de classe, des commerçants, des habitants de la ville mais aussi des alentours, informés par un superbe article dans le Sud-Ouest de la veille, et un… touriste breton !

Tous bienveillants, heureux de me revoir pour certains, de me rencontrer pour d’autres. Comme écouter est encore ce que je sais faire de mieux, j’étais ravie. Cette expérience m’a aussi permis de progresser dans la présentation de mes ouvrages.

Honnêtement, pour le guide, c’est facile ! Pour le recueil, je me sens plus maladroite, j’espère avoir su susciter le désir d’aimer mes personnages malgré leur passage à l’acte meurtrier. Cela dit, ayant travaillé en prison, j’ai des réflexes anciens.

Redescendue de mon petit nuage, je suis prête à y remonter. Le week-end prochain, je serai à Mauves-en-noir, le Festival du Polar (à côté de Nantes) où ma nouvelle « Cadavres exquis » est dans les six finalistes du Prix des Lycéens.

Le recueil est sorti, « Un trou noir, c’est troublant« , je vous invite à aller sur leur site. Vous pouvez le commander. Outre les six nouvelles retenues, ils ont demandé un texte à des auteurs de polar présents au Festival.

Je suis en excellente compagnie ! Je vais retrouver Daniele Thiery que j’ai rencontrée au Concours de Nouvelles de Bessancourt où le jury qu’elle présidait m’avait offert le 3ème Prix pour « E pericoloso sporgersi » et Elena Piacentini qui présidait celui d’Anzin-Saint-Aubin et avait retenu mon texte « Visée à haute tension » dans le recueil final. Mais aussi Sylvie Granotier, Jean-Bernard Pouy…

Je vous raconte au retour !

 

 

D’auteur à… vendeur !

Le principe de l’auto-édition est d’être tout à la fois auteur, correcteur, éditeur, co-imprimeur, publicitaire… et j’en passe ! Me voici désormais dans la peau nouvelle d’un VRP : Voyageur, Représentant, Placier.

Voyageur parce que je prends mon bâton de pèlerin pour rencontrer des libraires, leur proposer une séance de dédicace et un dépôt-vente avec intéressement aux bénéfices. Je commence par Saint-Jean-Pied-de-Port bien sûr le week-end prochain. En descendant, je m’arrêterai à Cambo-les-Bains pour leur proposer la même aventure car les curistes seront peut-être intéressés par mon guide touristique. Je vais réfléchir à d’autres villes et construire tout un parcours. Je dois aussi voir en Gironde qui je peux contacter.

Représentant parce que je commente mes écrits. Ce n’est pas donné d’emblée de savoir parler de son écriture, de son parcours d’auteur, d’aviver la curiosité sur les contenus de mon guide « Agnès de Cize présente Saint-Jean-Pied-de-Port » et de mon recueil de nouvelles noires  « Eclats de rage » . Il s’agit aussi d’éviter des automatismes de présentation qui nuiraient à la démarche. Mes premières fois ont été un peu timides. L’assurance viendra avec l’expérience.

Placier parce que la finalité est bien de me constituer un lectorat et vendre mes ouvrages. Pour l’instant, mon activité d’auteur me coûte plus que cela me rapporte. Mais je suppose que tout commercial m’expliquerait qu’il faut une mise de départ, un investissement pour cueillir des dividendes. Comme ce vocabulaire m’est étranger ! Je baigne dans le social toute la journée, me transformer en financier nécessite tout un apprentissage. J’essaie de me consoler en me disant que toute formation prolonge la jeunesse.

En attendant, je suis ravie de vous inviter à mes premières dédicaces. Je suis à la fois dans l’appréhension et l’enthousiasme. Serez-vous là ? Aimerez-vous mon guide ? Entrerez-vous avec émotion dans mon univers d’auteur de nouvelles noires ? Vais-je maîtriser l’art de la dédicace ?

Passer de l’ombre de son écriture à la lumière des rencontres est une étape nouvelle. J’ai l’habitude que mes textes soient lus et commentés par « mes cops » des deux cercles d’auteurs que je fréquente à Bordeaux. J’ai eu la chance de voir plusieurs de mes nouvelles primées dans des concours, ce qui m’a permis d’apprivoiser la rencontre de mes premiers lecteurs inconnus.

Mais là, c’est autre chose, une aventure inédite, une autre page à écrire…

Rendez-vous à Saint-Jean-Pied-de-Port !

Samedi 09 avril à la Maison de la Presse de 10h à 12h30, 23 place Charles de Gaulle.

Dimanche 10 avril à la librairie Kukuxka de 11h à 12h30 et de 14h30 à 17h, 3 rue de la Citadelle.

Pour ceux qui ne pourront pas venir ce week-end, je serai présente au Salon du Livre de Labastide-Clairence au Pays Basque, le dimanche 12 juin. Pour les girondins, je serai au Salon du Livre de Grignols le dimanche 08 mai 2016.

Que de choses à vous raconter au retour !