Promenons-nous dans les livres…

Un dimanche de lectrice au milieu des auteurs et des livres.

En matinée. Le Salon de St Estèphe accueille chaleureusement ses invités. Je suis allée soutenir le premier salon de mon amie Elisa Tixen qui a publié aux Editions de La Rémanence « Sans traces apparentes ». Formidable moment de joie partagée.

Mais j’ai trouvé l’exercice compliqué quand j’ai déambulé dans les travées. J’hésitais à feuilleter des livres devant les auteurs eux-mêmes. Comment reposer sans rougir le livre parce qu’on ne l’achètera pas ? Comment s’approcher sans forcément entretenir une conversation ? Je crois que je n’aimerai jamais les salons !

Dans l’après-midi. Lire en poche à Gradignan brasse une quantité de promeneurs. Les auteurs alignés en rang d’oignon devant leur pile d’ouvrages, les lecteurs dans l’attente des dédicaces, beaucoup de bruit et de mouvements. L’avantage a été de m’attarder devant les stands de librairie, feuilleter à loisir les livres, sans croiser les regards des auteurs.

Même si cette abondance me laisse toujours un profond désarroi. Tous ces livres que je n’ai pas le temps de lire !

Finalement, j’ai choisi un auteur de polar, que je ne connaissais pas. Je me suis pliée à l’exercice de la dédicace, « pour voir ». Une première ! Mais c’était plus facile d’aller faire signer mes achats à un auteur pas encore lu  ! Pas de conversation à tenir sur son écriture. Honnêtement, je n’ai aucun goût pour jouer les fans ! La rencontre avec le livre reste pour moi de l’ordre de l’intime et du silence.

Décidément, l’exercice des salons n’est pas pour moi, en tant que lectrice. Je n’ose imaginer le jour où je serai de l’autre côté ! Quel auteur de salon pourrais-je devenir ?

Sûr, je mets déjà une pancarte : « Ne s’obliger à rien ! vous pouvez lire la quatrième de couverture sans acheter et sans parler avec l’auteur !!! »

Une belle surprise !

Il y a quelques semaines, je découvrais le site de Maryline et Emeline. Deux jeunes femmes passionnées de lecture, qui le disent, l’écrivent et partagent leurs coups de cœur et leurs déceptions. Libres et authentiques. Je vous invite à les découvrir : Univers livresques

Elles proposent aux jeunes auteurs de leur envoyer leur travail. J’ai tenté l’aventure avec mon recueil de nouvelles « Eclats de rage ». Je partage avec vous la chronique de Maryline http://univers-livresques.eklablog.com/eclats-de-rage-a118736098 :

« Waouh! Dès la première nouvelle, on se prend une belle claque! Je suis restée sans voix…Je n’ai même pas pu continuer de suite sur la deuxième nouvelle, il m’a fallu du temps pour m’en remettre. C’est court mais intense, la fin arrive brutalement et on se la prend en plein visage.

Et la suite est encore meilleure! Ces adolescents sont perturbés, ils vivent normalement mais une rage au fond d’eux fait que le moment venu, ils craquent, sans se poser de questions. Malheureusement, ça arrive trop souvent, les accès de colère sont humains et personne n’est à l’abri.

Le style d’écriture de l’auteur est très agréable, très aéré, facile. J’ai vraiment passé un super moment en compagnie de ces adolescents torturés. Les mots sont toujours bien choisis et ils nous permettent de voir que tous les humains sont égaux, quelque soit le niveau social, la hiérarchie, l’âge et le rang…

Merci beaucoup à l’auteur pour sa confiance, je vais parler de ce livre partout autour de moi pour qu’elle se fasse connaître du plus grand nombre de lecteurs car elle le mérite ».

Je suis toute chamboulée. C’est le premier commentaire d’une lectrice inconnue. Même si vos proches aiment ce que vous faites, c’est tout à fait différent de découvrir l’avis d’une personne qui ne vous connaît pas. C’est un sentiment étrange de « se »lire dans les mots, de voir l’effet de vos personnages, de recevoir comment votre écriture est perçue. C’est tout nouveau, diablement emballant ! Peut-être qu’Anaël avait raison quand il nous répétait en formation, « votre lectorat potentiel existe, il faut le trouver, aller à sa rencontre » et il rajoutait « tout a déjà été écrit, certes, mais pas par vous ».

Je dois dire aussi pour être honnête que l’effet narcissisant d’un compliment est toujours bien agréable ! Cependant, je le reçois aussi comme un encouragement et un gage de confiance.

Merci Maryline !