T comme… Trouver

A partir des 26 lettres de l’alphabet, à compter de février 2017, j’ai décidé de vous écrire mon Dictionnaire Amoureux afin de vous inviter à découvrir mon univers et mon identité d’auteure. J’évoquerai ma relation à l’écriture et à la lecture, partagerai mes doutes et mes joies, mes questions et mes convictions, vous informerai de mon actualité…

 

Trouver le temps d’écrire ses histoires et ses haïkus

Rencontrer ses personnages et les suivre

Oublier tout le monde autour de soi

Utiliser des dictionnaires et des documents

Veiller à structurer ses récits et ses recueils

Exprimer des émotions

Retravailler ses écrits

 

Trouver le temps de rencontrer ses lecteurs

Rejoindre leurs goûts et leurs rêves

Organiser ses séances de dédicace

User l’asphalte jusqu’aux salons des livres

Vaincre sa réserve pour leur parler

Eprouver de la joie à les voir

Raconter ses projets en cours

 

Trouver le temps de vivre au présent

Recevoir sa famille

Observer la marche du monde

Utiliser son joker pour poser sa plume

Vaquer à d’autres occupations

Enlacer l’homme de sa vie

Respirer le temps qui passe

 

« Il y a un temps pour tout » écrivait l’Ecclésiaste (Ec 3.1-15) mais il ne nous enseigne pas comment le trouver !

Et vous, vous faites comment ?

T comme… Tourisme

A partir des 26 lettres de l’alphabet, à compter de février 2017, j’ai décidé de vous écrire mon Dictionnaire Amoureux afin de vous inviter à découvrir mon univers et mon identité d’auteure. J’évoquerai ma relation à l’écriture et à la lecture, partagerai mes doutes et mes joies, mes questions et mes convictions, vous informerai de mon actualité…

 

Si je n’étais pas devenue assistante sociale, j’aurais aimé être guide et mener les voyageurs sur les chemins des territoires. En job d’étudiante, j’ai travaillé à l’Office de Tourisme de Saint-Jean-Pied-de-Port et j’ai adoré l’exercice. D’où l’écriture de mon guide pour découvrir les histoires de la ville et de ses habitants.

Savoir d’où l’on vient pour connaître où aller. L’histoire est un chemin qui d’hier annonce demain. Avec l’impérieuse nécessité pour moi d’être pleinement présente au présent ! Vivre dans l’instant, accueillir les émotions et les images en étant consciente du temps qui passe. C’est éviter ainsi le rapt du passé qui éteint le désir et éviter aussi l’illusion de l’avenir qui aveugle l’horizon.

Je rentre d’un court séjour dans le Périgord noir. Un ciel bleu d’été, une chaleur douce, une lumière magnifique sur les couleurs de l’automne. Des falaises à pic, des pierres de châteaux et des mouvements d’eaux, aux lignes dessinées dès le brouillard enfui.

De la littérature aux coins des rues : La Boétie et Fénelon sont de Sarlat. A Fleurac, fut rassemblée la rançon du colonel Berger, alias André Malraux. Le commissaire Maigret a enquêté à Bergerac. Savinien de Cyrano de Bergerac a inspiré Edmond Rostand. René Char consacre un poème aux grottes de Lascaux. Né au château de Hautefort, Eugène Le Roy s’est inspiré du château de l’Herm, près de Rouffignac, pour écrire Jacquou le Croquant.

Le site espritdepays.com évoque un certain nombre d’auteurs périgourdins (plus ou moins) célèbres.

Au XIIè siècle, les troubadours : Bertran de Born, seigneur de Hautefort, (1140-1215), parle d’amour et de guerre. Girault de Bornelh (1138-1215) est si célèbre que ses contemporains l’appelent « le maître des troubadours« . Arnaut Daniel, né à Ribérac vers 1150, est considéré par Dante comme son modèle et Pétrarque l’appelle « le grand maître d’amour« .

Au XVIè siècle, l’Abbé Pierre de Bourdeille, dit Brantôme, suit la reine de France Marie Stuart dans son exil écossais. Après une chute de cheval, il se retire dans son abbaye et écrit Les vies de dames galantes, chronique érotique et truculente relatant sa vie de courtisan et de soldat, et celle de personnages illustres qu’il a côtoyés.

Né au XIIè siècle, Gautier de Costes de La Calprenède a sombré dans l’oubli sauf son personnage Artaban, et la formule « fier comme Artaban« .

Au XIIIè siècle, Pierre Maine de Biran, né à Bergerac, est philosophe, mathématicien et précurseur de la psychologie moderne.

Au XIXè siècle, Léon Bloy, né à Notre-Dame-de-Sanilhac, fustige la bêtise, la méchanceté, l’argent. Marguerite Eymery publie 70 romans environ, sous les pseudonymes de Jean de Childra et Jean de Chibra. Elle fonde, avec son mari André Valette, le Mercure de France.

George Goursat, dit Sem, est illustrateur, affichiste, caricaturiste et écrivain. Ses 27 albums témoignent de la société de la belle-Epoque et des Années Folles. Journaliste dans les tranchées de la Grande Guerre, il en rapporte trois livres illustrés, témoignages poignants de l’existence des « poilus ».

Le voyage, dans les territoires comme dans les livres, permettent de connaître le monde et de le questionner, de chercher à comprendre comment fonctionne l’être humain en lien avec sa terre et ses ressources. L’écriture interroge et fouille l’art de vivre au monde de chacun.

Mais laissant là toute réflexion, il s’agit aussi de profiter de la caresse d’un rayon de soleil sur une terrasse au-dessus de la Dordogne, les yeux rivés sur la montgolfière qui dérive au-dessus de la vallée, de suivre au loin les courbes de la rivière au milieu des forêts, et entendre les habitants pourfendre un projet de route dénaturant le site.

Poser sa plume pour être dans le monde, c’est bien aussi !