C comme… C’est vendredi soir !

A partir des 26 lettres de l’alphabet, à compter de février 2017, j’ai décidé de vous écrire mon Dictionnaire Amoureux afin de vous inviter à découvrir mon univers et mon identité d’auteure. J’évoquerai ma relation à l’écriture et à la lecture, partagerai mes doutes et mes joies, mes questions et mes convictions, vous informerai de mon actualité…

 

Ah, ah, ah, vous vous attendiez à C comme… crime, je parie ! Pas cette fois. Je viens partager avec vous mon coup de cœur pour le vendredi soir. Moment que j’adore, qui s’ouvre par le rituel de l’apéritif de fin de semaine.

Toute la tension de la semaine se pose dans mon canapé. Je savoure ces minutes qui me séparent du nonchaloir du week-end. J’entre dans ma bulle et malheur à celui qui viendra me déranger.

Je suis d’une patience infinie dans ma semaine parce que mon métier d’assistante sociale est un métier de relations. Je passe mon temps à écouter les gens et Dieu sait s’ils sont malmenés en ce moment.

Mais pas touche à mon week-end ! Si je n’ai pas ma bulle de solitude hors du monde, j’étouffe. Cela m’énerve d’être appelée au téléphone ou si on sonne à la porte à l’improviste (que je n’ouvre jamais). Il est hors de question de sortir, ni pour l’alimentaire, ni pour la culture, ni pour les proches (enfin presque). Ni pour… quoi que soit (quelques exceptions, voter par exemple !).

Le vendredi soir, c’est la promesse du silence, celui qui répare de la fatigue accumulée. C’est le rêve de l’auteure, celui d’écrire enfin, alors que la semaine professionnelle brouille les idées. C’est le désir de lecture, une bulle dans ma bulle, pour respirer au-dessus des nuages, et tenter de comprendre les fureurs du monde.

L’intensité de l’espérance du vendredi soir est d’une saveur particulière. J’aime ce crépuscule qui s’annonce et rend le lundi soudain très lointain. J’aime ce moment ouvert sur tous les possibles. J’aime ma maison repliée en coquillage qui ne tolère que ma présence.

Le temps ralentit jusqu’à épouser mon souffle soudain léger. Des arômes de café ou de thé pour accompagner gentiment la main qui s’attarde sur le papier ou le clavier. Deux jours à venir pleins de désirs d’écriture et de lecture. Rejeter par les fenêtres ouvertes le bruit du travail, se ressourcer pour pouvoir panser les douleurs et les blessures à écouter plus tard.

Etre dans l’ici et le maintenant du vendredi soir… j’adore.

Publicités

B comme… Brexit

A partir des 26 lettres de l’alphabet, à compter de février 2017, j’ai décidé de vous écrire mon Dictionnaire Amoureux afin de vous inviter à découvrir mon univers et mon identité d’auteure. J’évoquerai ma relation à l’écriture et à la lecture, partagerai mes doutes et mes joies, mes questions et mes convictions, vous informerai de mon actualité…

Mais que vient faire l’irruption de la politique sur un blog littéraire ? La question de l’engagement de l’auteur traverse les siècles, Voltaire, Zola, Sartre… Leur écriture s’enracinait profondément dans les réalités de leur époque.

Des auteurs de littérature noire se sont pleinement investis dans cet engagement comme Didier Daninckx ou Thierry Jonquet, Jean-Bernard Pouy ou Frédéric Fajardie, Tonino Benacquista ou Jean-Claude Izzo. Ils choisissent d’éclairer les scènes sociales : la précarité, la violence, la stigmatisation des faibles, la dureté des puissants.

Par ma profession d’assistante sociale, je suis du côté des malmenés de la vie, des fragiles de l’économie, des blessés de l’amour, des victimes de l’injustice. Les démunis ont rarement les mots de leur souffrance. Je leur offre cet espace où se dire est déjà un premier pas vers l’agir qui les réparera.

La politique est censée les accompagner, donner des réponses et changer le monde. Elle semble devenue folle. Nous assistons à une profonde mutation. Ne cédons pas aux sirènes du pessimisme, je vous invite à l’optimisme et… au vote !

Comme auteure, j’aimerai rejoindre l’engagement des écrivains du polar noir. Mes premiers textes explorent plutôt l’intériorité des êtres et l’énigme du passage à l’acte meurtrier. J’aime explorer les failles et les douleurs singulières.

Cependant, le contexte sociétal n’est jamais très loin. J’aimerai intensifier cette orientation car le meurtre a aussi ses racines dans les blessures sociales et les difficultés du vivre ensemble. J’aime bien l’alliance des disciplines complémentaires que sont la psychologie et la sociologie pour essayer de comprendre le monde.

En tant qu’auteure, j’ai envie de partager cette exploration, tenter des réponses, susciter des émotions pour que la noirceur de mes histoires ouvre toujours sur une note d’espérance.

La question que je n’ai pas encore tranchée : s’engager ouvertement ?

Je ne suis pas persuadée que donner à voir mon vote soit important et que mes convictions politiques doivent être partagées avec des inconnus. Séparer vie citoyenne et vie littéraire me semble aujourd’hui une juste réponse.

Une chose est sûre, je me pencherai prioritairement sur cette question… en fonction de qui arrive au pouvoir !