C’est bon à savoir !

Abonnée à la lettre de monbestseller.com, je partage avec vous leur dernière interview.

« Les critères d’un jury de nouvelles, on en apprend de(s) belles !

Emmanuelle Alibert (Lattès) et Olivia Phelip (Viabooks) sont les jurés du concours « Longtemps, je me suis couché de bonne heure ». Nous nous sommes amusés à les interroger sur la manière dont elles exercent ces fonctions. 

Emmanuelle Allibert (Lattès) est pragmatique

« Tout d’abord il faut éliminer !

Dans un premier temps j’ai lu rapidement toutes les nouvelles de façon à établir trois catégories. Les « bien », les « moyennes », les « pas bonnes ».

Une fois ces trois piles constituées, j’ai relu attentivement chaque nouvelle, en les annotant de façon à m’en souvenir plus facilement, et j’ai rectifié les colonnes (en en permutant certaines). Quelques nouvelles ont changé de colonnes. Les « pas bonnes » sont toutes restées à leur place.

Enfin, définir les critères : impératif, une écriture fluide sur laquelle l’œil n’accroche pas ; la structure ; sa temporalité, son unité de ton, de lieu et d’action. Et enfin, cela est plus subjectif, il fallait que le sujet m’intéresse et m’emporte. A valeur d’écriture égale, certaines nouvelles m’ont enchantée et d’autres ennuyée.  Et on choisit. C’est la dure loi de la sélection ».

Olivia Phelip, se laisse d’abord porter par son intuition

« Annotant, mettant de côté, reprenant, indulgente avec les maladresses si elles donnent place à des idées, intransigeante s’il n’y en a pas, attentive au style mais pas que…;
Certains arrivent bien à construire une cohérence, d’autres ont du mal à ne pas juxtaposer des étapes. Ecriture serrée mais souffle obligatoire. C’est la loi de la nouvelle ».

On le sait, dans la vie, comme en littérature, l’impulsion et l’émotion ont toujours le dernier mot ».

Qu’on se le dise !!!

Une réflexion sur “C’est bon à savoir !

  1. J’ai eu l’occasion d’échanger avec des membres de ces jurys. Ce sont avant tout des lecteurs passionnés et des bénévoles dévoués. Sans eux, les concours d’écriture n’existeraient pas. Sans eux, ce sont autant de fenêtres sur nos textes qui se fermeraient. Merci Agnès pour ce partage 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s