Montagnes russes…

Il est des jours où on se sent en haut de l’affiche, puis des jours, tout en bas !

Tout en haut. Week-end dernier en formation. Ma structure du roman « A couteaux tirés » est suffisamment en place pour commencer à écrire. Mon personnage principal, Capitaine de police, s’affine dans son caractère et son comportement, je la vois bien fonctionner maintenant. Elle se détache enfin de mon autre héroïne de la série feuilletonnante de nouvelles, elle a une vie propre et singulière. C’est amusant comme dans la spontanéité, je crée toujours la même image ! Seul le travail de distanciation nécessaire à la création permet d’imaginer des identités et comportements différents pour ses personnages. Léa est fragilisée par une épreuve professionnelle mais déterminée à trouver le coupable. Elle a le sens de la famille, des valeurs de partage et d’affection. Elle aime les adolescents fissurés par les coups de la vie, elle voudrait tant les aider à ce qu’ils trouvent leur place et un avenir. Avant le passage à l’écriture, j’aime bien passer du temps avec mes héros  (comme écrivait André Gide, « je suis peuplée »), pour qu’ils soient très présents à l’instant où ils débarquent sous ma plume. Ce qui me permet de les laisser me surprendre ! Quand ils sont trop faibles, ils sont prévisibles et banals, donc moins intéressants. C’est un premier principe que je retiens de mon expérience : bien soigner ses personnages !

Tout en bas. Je trébuche sur la structure de mon recueil de nouvelles. J’ai encore tout rangé dans mon tiroir pour retravailler différemment. En tant que lectrice (ou spectatrice), je déteste les histoires en feuilletons, depuis toujours. Les histoires bouclées me conviennent beaucoup plus. Est-ce pour cela que j’ai du mal à l’écrire ? Je reste persuadée d’avoir assez de matière, ce n’est pas le souci. C’est la construction dramatique en feuilleton qui me pose des problèmes. J’enrage et/ou me décourage de me coltiner ces instants cahotiques. Je ne suis pas mécontente d’expérimenter la formule en formation mais je ne suis pas sûre de renouveler ce type d’écriture plus tard. Pour l’instant, c’est le format de la nouvelle qui me convient le mieux.

Tout en haut. Dans la foulée du week-end, mes deux écrits sont sur Amazon, c’est une vraie joie, et j’ai reçu mes nouvelles cartes de visite à mon nom d’auteur. J’ai l’impression de rejouer des scènes de mon enfance, « et on aurai dit que j’étais la princesse ». Jubilatoire. Aujourd’hui, je joue à être auteur. Construire, ou découvrir, pour de vrai, cette identité d’auteur qui échappe parfois à l’entendement est un parcours à la fois ludique et compliqué. Je passe par des moments de gravité, oui j’ai envie de partager mon univers, j’ai envie de susciter de l’émotion, et des moments de fou rire, non mais quel orgueil de vouloir y prétendre ! Et basta, je continue d’y croire !

Tout en bas. Je vais très rarement à des signatures d’auteur. J’ai décidé de m’y mettre pour me projeter un jour, qui sait ? dans cette posture. Ce soir, dans une médiathèque, un auteur (que j’aime) parle de son livre, parle aussi de ceux des autres. A une question dans la salle sur un livre qu’il n’a pas choisi, il a l’authenticité de dire simplement sans emphase qu’il s’est ennuyé à sa lecture, 100 pages de trop pour lui. Une lectrice intervient aussi sec, « vous aussi, vous avez des longueurs ». Il n’a pas relevé. Mais j’ai eu mal pour lui. J’ai trouvé l’expérience violente. J’ai beau me raisonner, du style, on ne peut pas plaire à tout le monde. Soit, mais est-on obligé de recevoir ça ! Pourquoi est-elle venue ? Elle n’avait qu’à passer son chemin et choisir d’aller au cinéma.

Tout en haut. Tout en bas. Alternativement. C’est sans doute un élément incontournable du métier d’écrire ! A apprivoiser vite fait, bien fait !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s